« Angoulême en 1764
Géographies paroissiales »

CONVENTIONS

 

Qualificatif

Notre convention est « Orthographe usuelle du nom de famille », « Prénom » (nombre en chiffres romains s'il y a plus d'une personne de ce nom) [Orthographe alternative du nom de famille si le registre contient une orthographe autre que l'orthographe usuelle]. Des caractères spéciaux présents en français, tels que les accents et les cédilles, sont omis, car Gephi ne les reconnaît pas.

      • ■      Exemple: Coupaud, Francois (ii) [Coupeaud]

 

Paroisse

Il s'agit de la paroisse dans laquelle l'individu résidait probablement au moment de l'enregistrement de l'acte sur le registre. Nous avons adopté les règles suivantes afin de déterminer le lieu probable de résidence :

      • ■      Pour les actes de naissance : l'enfant, les parents et les frères et sœurs de l'enfant sont résidents probables de la paroisse dans laquelle l'acte a été enregistré.
      • ■      Pour les actes de mariage : la mariée est résidente probable de la paroisse dans laquelle l'acte a été enregistré.
      • ■      Pour les actes de sépulture : le décédé et son conjoint sont résidents probables de la paroisse dans laquelle l'acte a été enregistré.

 

Officiants paroissiaux

Nous avons exclu les connexions impliquant des individus qui n'apparaissent dans les registres que dans un rôle d'officiant. Ces individus incluent les sacristains, curés, et certains praticiens. En revanche, si l'officiant paroissial signe dans un rôle non-officiel (par exemple dans une autre paroisse que celle où il exerce ses fonctions), la connexion par là créée est incluse.

Alphabétisme

Nous désignons comme analphabètes les individus dont les registres indiquent explicitement qu'ils ne sont pas en mesure de signer.

Connexions

Les connexions données sur les graphes de ce site représentent les relations suivantes :

    • ○       Parents
    • ○       Frères et sœurs
    • ○       Mariage
    • ○       Parrain/marraine
    • ○       Signataire (d'actes de baptême, mariage et sépulture)
    • ○       Témoins (ceux qui étaient présents aux événements ci-dessus mais ne pouvaient pas signer).
    • ○       Tante/Oncle – celles-ci sont utilisées seulement si des relations directes de famille nucléaire (par exemple une relation entre frère et sœur ou parent et enfant) ne peuvent être établies.

Pondération

L'importance d'une arête correspond à la force de la relation qu'elle exprime. Les relations entre membres d'une même famille nucléaire ont la plus forte pondération (poids 3). Celles entre parrain/marraine et filleul(e) ont un poids 2, de même que celles entre une tante ou un oncle et un neveu ou une nièce. Les signataires et les témoins sont connectés aux individus dont ils ont signé l'acte avec une intensité 1. Plus la pondération est forte, plus l'arête rapproche les deux nœuds qu'elle connecte.

Certaines arêtes sont orientées. Celles-ci comprennent :

    • ○       Parents → Enfants
    • ○       Tante/oncle → Neveu/nièce
    • ○       Parrain/marraine → Filleul(e)
    • ○       Signataire/témoin → Personne principale pour laquelle l'acte a été créé

Certaines ne sont toutefois pas orientées

    • ○       Frères et sœurs
    • ○       Mariages